Antoine Brizard réfléchit (déjà) à son après-carrière

Non, à 21 ans, Antoine Brizard, le jeune passeur (volley ball) recruté par Toulouse pour la saison à venir ne se voit pas déjà arrêter le volley ! Il a bien envie de s’y épanouir et d’y faire une belle carrière. Mais cela ne l’empêche pas d’être pleinement conscient qu’elle ne durera pas éternellement ; y réfléchir maintenant est pour lui le moyen de s’y préparer tranquillement, sans stress et sans la pression de devoir à tout prix trouver quelque chose, voire n’importe quoi, quand il mettra fin à sa carrière.

C’est dans ce cadre qu’il a entamé il y a plusieurs semaines une réflexion avec Collectif Sports, afin d’identifier des secteurs d’activité, des métiers qui pourraient lui convenir, pour mettre en place un programme de formation qu’il pourra suivre en parallèle du volley, et qui lui permettra doucement de se préparer à son projet. Antoine, comme beaucoup d’autres sportifs, a compris que ne rien faire d’autre que le volley pendant toute une saison était facteur de stress.

« J’ai essayé déjà de suivre plusieurs formations. Mais à chaque fois c’était compliqué avec le rythme du volley, les entrainements, les matchs. Pourtant j’ai besoin de pouvoir penser à autre chose, faire autre chose, c’est une respiration qui est nécessaire à mon équilibre. Alors je continue de chercher... »

La démarche que lui a proposé Véronique Barré consiste à partir de lui, de ses goûts, de ses aspirations, et aussi de ses caractéristiques personnelles pour identifier dans quel type d’activité il pourrait être bien, s’épanouir, se réaliser à nouveau.

« J’ai besoin de concret, j’aime voir le résultat de ce que je fais. Et je suis quelqu’un de créatif, j’aime imaginer, innover.... »

C’est ainsi que plusieurs pistes ont été esquissées, et il les a étudiées, analysées, pour retenir à la fois celles qui pouvaient coller avec sa personnalité et ses goûts mais aussi avec ses objectifs sportifs.

Cette démarche l’a amené mardi dernier à rencontrer Jérôme Bouchet, ancien cycliste professionnel, maintenant dirigeant de Un beau Jardin, une entreprise spécialisée dans la création et l’entretien des jardins, qu’il a créée à l’issue de sa carrière sportive.

             

 

Antoine a ainsi pu découvrir un secteur d’activité, une entreprise, et les métiers associés. Il a aussi et surtout pris conscience de la formidable richesse que constitue une carrière de sportif de haut niveau pour la réussite d’une après-carrière.

Jérôme Bouchet a en effet décrit avec beaucoup de précision et de passion son métier d’aujourd’hui, le succès qu’il y connaît et qui est notable dans un environnement très concurrentiel, et les leviers de sa réussite. Les parallèles avec son ancien métier sont omniprésents : optimisation des moyens, souci permanent de la recherche d’efficacité, organisation rigoureuse, mise sous contrôle de tous les détails, management des hommes, évaluation des résultats, communication, observation et analyse de la concurrence, adaptation aux besoins du client, stratégie d’entreprise et vision à moyen terme,...

  

 

« Je retiens de cette rencontre avant tout la grande sympathie de Jérôme et son sens du partage. Je le remercie grandement de m’avoir accueilli et d’avoir pris du temps pour m’expliquer son métier. J’ai été impressionné tout d’abord par le professionnalisme de Jérôme, la qualité et le détail avec lequel il gérait son local et ses équipes. J’ai pu me rendre compte à quel point le sport de haut niveau pouvait influer sur le futur métier du sportif. Jérôme a pu retranscrire ses nombreuses années de sportif de haut niveau dans son nouveau métier, en effet on peut y retrouver les valeurs de travail en équipe, de méthodologie dans le travail et de courage.

Je remercie grandement Véronique d’avoir organisé cette rencontre, cela m’a permis de prendre confiance en moi, de me rendre compte qu’une carrière de sportif de haut niveau aidait déjà à préparer son après carrière et donner une plus value énorme par rapport à d’autres.

Je conseillerais à tous les sportifs de rencontrer des personnes comme Jérôme sur leur lieu de travail afin de prendre conscience de leur valeur.

X